DESTRUCTION par GEORGE SAND de la correspondance avec CHOPIN

En 1851, on parla beaucoup d’une correspondance de George Sand à Chopin trouvée par Alexandre Dumas (fils) pendant un voyage en Silésie.
L’histoire de cette trouvaille fut présentée de différentes manières et longtemps considérée comme fausse.
Les lettres échangées à ce sujet entre Alexandre Dumas (père et fils) et George Sand, et publiées par Wladimir Karénine et Samuel Rocheblave élucident cette question.

Le 23 mai 1851, Alexandre Dumas père envoie à George Sand une page d’une lettre où son fils lui raconte la découverte de la correspondance de George Sand avec Chopin :

« Myslowitz (Myslowice), Pologne mai 1851

Tandis que tu dînais avec Mme Sand, cher père, je m’occupais d’elle. Qu’on nie encore les affinités !
Figure-toi que j’ai ici entre les mains toute sa correspondance de dix années avec Chopin. Je te laisse à penser si j’en ai copié de ces lettres, bien autrement charmantes que les lettres proverbiales de Mme de Sévigné !
Je t’en rapporte un cahier tout plein, car malheureusement ces lettres ne m’étaient que prêtées.
Comment se fait-il qu’au fond de la Silésie, à Myslowitz, j’aie trouvé une pareille correspondance éclose en plein Berry ?
C’est bien simple.
Chopin était Polonais, comme tu sais ou ne sais pas. Sa sœur a trouvé dans ses papiers, quand il est mort, toutes ses lettres conservées, étiquetées, enveloppées avec le respect de l’amour le plus pieux. Elle les a emportées, et au moment d’entrer en Pologne, où la police eût impitoyablement lu tout ce qu’elle apportait, elle les a confiées à un de ses amis habitant Myslowitz.

La profanation a eu lieu tout de même puisque j’ai été initié, mais au moins elle a eu lieu au nom de l’admiration et non au nom de la police.
Rien n’est plus triste et plus touchant je t’assure, que toutes ces lettres dont l’encre a jauni et qui ont toutes été touchées et reçues avec joie par un être mort à l’heure qu’il est.
Cette mort au bout de tous les détails les plus intimes, les plus gais, les plus vivants de la vie, est une impression impossible à rendre. Un moment, j’ai souhaité que le dépositaire, qui est mon ami, mourût subitement, afin d’hériter de son dépôt et d’en pouvoir faire hommage à Mme Sand qui serait peut-être bienheureuse de revivre un peu de ce passé mort.
Le misérable, mon ami, se porte comme un charme, et croyant partir le 15, je lui ai rendu tous ces papiers qu’il n’a pas même la curiosité de lire. Il est bon pour comprendre cette indifférence, que tu saches qu’il est second associé d’une maison d’exportation. »

 Le 3 juin, Alexandre Dumas fils, écrivait directement à George Sand :

« Myslowitz (Mysłowice), Pologne 3 juin 1851.

 Madame,
Je suis encore en Silésie et bien heureux d’y être, puisque je vais pouvoir vous être bon à quelque chose.
Dans quelques jours, je serai en France et vous rapporterai moi-même, que Mme Jedrzejewicz m’y autorise ou non, les lettres que vous désirez ravoir.
Il y a des choses tellement justes, qu’elles n’ont besoin de l’autorisation de personne pour se faire.
Il est bien entendu que la copie de cette correspondance vous sera remise en même temps, et de toutes les indiscrétions il ne restera rien que le résultat heureux qu’en somme elles aient eu.
Mais croyez-le bien, Madame, il n’y a pas eu profanation. Le cœur qui s’est trouvé de si loin et si indiscrètement le confident du vôtre vous était acquis depuis longtemps et son admiration avait déjà la taille et l’âge des plus grands et des plus vieux dévouements.
Veuillez le croire et pardonnez.
Recevez, Madame, l’assurance de ma parfaite considération. »

Plusieurs mois se passèrent avant que cette correspondance revînt à George Sand. Alexandre Dumas père et son fils espéraient la rendre personnellement sans jamais en trouver le temps, et le paquet de lettres annoncé fut porté par une tierce personne.
George Sand brûla toute cette correspondance de deux cents lettres avec Fryderyk Chopin.
Pourquoi ?
Etaient-elles compromettantes ?
Cette liaison, n’était-elle pas si idyllique ?

P.S.
Malgré ses promesses, Alexandre Dumas fils a fait des copies de lettres.
A suivre…..

- extrait du livre « Frédéric Chopin, sa vie et ses œuvres » d’Edouard Ganche, édité en 1937.

Share this article

Permalink

Comments are closed.